DISCOURS DU ROI POUR LA FETE DU TRONE : LA CONDITION DE LA FEMME ET SA PARTICIPATION À TOUS LES DOMAINES EST LA CLÉ DU DÉVELOPPEMENT DE LA NATION

Actualités

DISCOURS DU ROI POUR LA FETE DU TRONE : LA CONDITION DE LA FEMME ET SA PARTICIPATION À TOUS LES DOMAINES EST LA CLÉ DU DÉVELOPPEMENT DE LA NATION

99

À l’occasion de la célébration de la 23è fête du trône, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a livré un discours, retransmis sur les radios et télévisions nationales ce samedi 30 juillet 2022 à 21h00, dans lequel il a parlé du rôle clé de la femme dans l’évolution de la société marocaine. Résumé.

« Notre ambition est de poursuivre l’édification d’un Maroc avancé et fort de sa dignité. Aussi est-il indispensable que tous les Marocains, hommes et femmes, prennent une part active à la dynamique de développement. » a ainsi entamé son discours Sa Majesté, en pointant la femme dans son propos « C’est pourquoi Nous insistons une fois encore sur la nécessité que la femme marocaine apporte son plein concours dans tous les domaines ». Le Souverain qui depuis son accession au trône a fait de la condition de la femme son soucis majeur notamment avec sa révision effective de la Moudawana de la femme et de la famille, a rappelé toute la place qui lui revient de droit. « Ainsi, parmi les réformes majeures engagées sous Notre impulsion, figurent la promulgation du Code de la Famille et l’adoption de la Constitution de 2011 qui consacre l’égalité homme-femme en droits et en obligations et, par conséquent, érige le principe de parité en objectif que l’Etat doit chercher à atteindre ». Sa Majesté précise que « l’esprit de la réforme ne consiste pas à octroyer à la femme des privilèges gracieux, mais, bien plus précisément à lui assurer la pleine jouissance des droits légitimes que lui confère la Loi », rajoutant que  » Dans le Maroc d’aujourd’hui, il n’est en effet plus possible qu’elle en soit privée ». Le Roi a ainsi demandé à ce que soient mises à jour les » législations nationales dédiés à la promotion de ces droits » par les sois des institutions constitutionnelles concernées par les droits de la famille et de la femme.

« Dans un premier temps, le Code de la Famille a représenté un véritable bond en avant ; désormais il ne suffit plus en tant que tel. L’expérience a en effet mis en évidence certains obstacles qui empêchent de parfaire la réforme initiée et d’atteindre les objectifs escomptés », a déclaré le Monarque pointant « la propension tenace d’une catégorie de fonctionnaires et d’hommes de justice à considérer que le Code est réservé aux femmes ». « La réalité est autre : le Code n’est spécifique ni aux hommes, ni aux femmes : il est dédié à la famille entière. Fondé sur la notion d’équilibre, il donne aux hommes et aux femmes les droits qui leur échoient respectivement et il tient compte de l’intérêt des enfants », a poursuivi Sa Majesté, sommant tous à appliquer et respecter les codes de la Moudawana par la régionalisation des tribunaux de la famille et qu’ils soient dotés de moyens humains et matériels.

« Par ailleurs, rappelons une vérité essentielle : quand les femmes accèdent pleinement à leurs droits, elles ne portent aucun préjudice aux hommes, pas plus qu’elles ne se font tort. De fait, la condition sine qua non pour que le Maroc continue de progresser est qu’elles occupent la place qui leur échoit et qu’elles apportent leur concours efficient à toutes les filières de développement ».

MAP

 

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N'en perdez pas une miette!

HOLA Février 2022
HOLA Janvier 2022
HOLA Aout 2021
HOLA Juillet 2021
HOLA Mai 2021
HOLA Avril 2021
Hola Mars 2021
Hola Février 2021
Hola Janvier 2021
Hola Novembre 2020
Hola Février 2020
Hola Décembre 2019
Hola Novembre 2019
HOLA Février 2022
HOLA Janvier 2022
HOLA Aout 2021
HOLA Juillet 2021
HOLA Mai 2021
HOLA Avril 2021
Hola Mars 2021
Hola Février 2021
Hola Janvier 2021
Hola Novembre 2020
Hola Février 2020
Hola Décembre 2019
Hola Novembre 2019