FAICAL MARZOUQ OU LA PASSION DU JEAN MADE IN MOROCCO COMME UNE SECONDE PEAU

Il se passait quelque chose en moi quand nous rejoignions mes tantes pour les vacances d’été. La couleur pure du ciel, le mélange des odeurs sucrées-salées, les étals du souk. Et surtout le sourire des couturières sur leurs machines à broder… Tout est parti de là !

Τoutes les histoires naissent d’une belle idée et celle du jean est tout simplement ingénieuse puis qu’il y a près d’un siècle et demi, le jean a été créé à l’époque de la ruée vers l’or aux USA. Levi & Strauss (industriel) et Jacob Davis (un tailleur) voulaient tout simplement assurer aux mineurs, au milieu du 19è siècle, des vêtements solides pour résister aux dures conditions de travail. Le jean à rivets est né ! Avec quelques années de travail de finitions, le jean colle alors à la peau des gens : Des cows boys iconiques en blue jean romantique des années 20, à une jeunesse rebelle anti-conventions américaines, au mouvement peace & love en passant par le mainstream Elvis Presley jusqu’au mouvement punk et heavy metal pour retourner chez les stars d’Hollywood version haute couture. Deux siècles trépidants depuis la naissance du denim (jean : un tissu né à Genes la cité italienne dont la ville française de Nimes se serait approprié la technique, devenant denim ) et pas un pli ou plutôt une couture ! Eh oui justement, on parle aujourd’hui du jean sans couture ou presque et c’est l’oeuvre d’un marocain de France si incroyablement amoureux du denim jusqu’à marquer sa vie d’un but si honorable, celui de rendre ce vêtement bien célèbre encore plus confortable. Si Yves Saint Laurent n’avait qu’un seul regret, celui de ne pas avoir inventé le jean, Faical Marzouq peut se vanter de cette belle innovation d’un brevet mondial « Une couture au dos pour une seconde peau » avec un supplément d’âme écolo et une fabrication made in Morocco !

 

  • Du football à la mode, c’est un but dans votre vie ?

Voué à effectuer une carrière dans le football, après avoir quitté la maison à l’âge de 10 ans, j’intègre divers centres de formation en passant par Pau, Auxerre et Toulouse. La route d’une longue carrière de joueur professionnel était tracée. Trois semaines avant de signer avec un grand club Anglais, une blessure aux cervicales sonne la fin de ma carrière. Certains auraient vu cela comme une malédiction. Pas moi. J’ai interprété cette blessure comme un coup de pouce du destin, une façon pour moi de me réinventer et me remettre sur les rails. Les terrains de foot, les vestiaires, les entraînements, ont laissé place à la mode. Ce fut une passe décisive vers un objectif précis, gagner le match de sa destinée ! Tout comme cette fierté de voir ce que notre équipe nationale a pu réaliser. Une prouesse mondiale portant tout un Pays grâce à cette âme de conquérant. Du courage, de l’humilité, y croire et garder la foi, la vraie. Du football à la mode, un but dans ma vie, celui de vivre de ma passion en habillant les femmes et les hommes du monde à travers les couleurs et l’histoire de mon pays.

  • Comment est-elle née vraiment cette passion pour le denim ?

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours rafistolé les pulls et pantalons de mes frères. Cette passion est venue naturellement à moi. M’habillant toujours avec précision en associant les couleurs et les styles. La mode représente à mes yeux le moyen unique de véhiculer les 5 sens de la vie qui sont la vue, le toucher, l’odorat, l’ouïe et le gout. Les matières bougent, s’illuminent et viennent épouser chacun de nous. Le jean quant à lui a été pour moi le support idéal à travers lequel j’ai pu transmettre mes idées et mon amour pour la création et le détail. J’ai toujours voulu penser des innovations confortables, qui portent chacun de nous afin de nous rendre unique. Confort et respect du corps sont des mots que j’affectionne particulièrement.

  • Mais de là à pénétrer ce microcosme très fermé de la mode parisienne ? Comment cela a-t-il opéré ?

La magie a opéré naturellement, au gré des rencontres. J’ai eu la chance d’ouvrir mon premier atelier à Paris ou nous faisions des jeans sur mesure uniquement sur rendez-vous, utilisant des matières nobles en alliant denim et soie, broderies manuelles et finitions personnalisées. Chaque jean était unique, une œuvre d’art. Ce fut le début d’une longue aventure Parisienne. C’est en gardant mon ADN et mon éducation que j’ai pu avancer.

  • Noémie Lenoir, Laeticia Hallyday, Hapsatou Sy, Anne Parillaud, entre autres célébrités qui portent vos jeans, elles ne sont pas toutes très minces et n’ont pas des poils aux jambes !!!!

En effet, ce qui est important à travers cette question c’est de mettre en avant l’aspect reconnaissance. Des célébrités qui ont les moyens de porter les créations des plus grands couturiers ont adopté les jeans seconde peau que je proposais. Ce fut une fierté pour moi d’obtenir la reconnaissance de ces professionnelles du milieu de la mode. Cette reconnaissance m’a permis de pouvoir offrir à toutes les femmes et hommes, de tout milieu et de toute morphologie, des pantalons aux finitions haute couture tout en étant accessible.

  • Qu’a-t-il alors de si magique ce fameux jean dont la presse parle en France et ailleurs ? Et qu’incarne votre marque ?

Ce jean magique fait de vous la personne que vous êtes. C’est le jean qui vous porte et pas le contraire. Cette coupe unique et mondialement breveté, sans aucune couture latérale ni entrejambe, viens allonger la silhouette et plaquer le dos. Pas de gène sur le bas du ventre par exemple. Il peut se porter en journée, en voyage ou en soirée. De plus, il fait gagner une demi-taille par son montage unique, venant naturellement gainer le corps. Il a pour vocation de réconcilier les gens avec le denim, par son confort.

  • L’industrie de la mode n’est-elle pas censée être le second pollueur de la planète après le pétrole ?

L’ADN de notre Marque est la suivante. Notre production se fait au Maroc auprès de professionnels qui maitrisent le processus de production écoresponsable à travers leur laboratoire et atelier préalablement audité. Le tissage de la toile se fait au Maroc, avec l’utilisation de matières premières biologiques, naturelle ou recyclée. Notre philosophie est le respect du produit, des employés jusqu’au client final. Il faut penser de cette manière, chaque jour, afin d’aller vers des produits de plus en plus 100% écoresponsables. Il est important d’être clair dans sa stratégie de production tout en proposant des produits confortables.

  • Alors combien vous comptez de jeans dans votre dressing ? et celui de votre femme ? vos enfants ? Et alors ceux signés Faical Marzouq

Je peux vous affirmer que j’ai beaucoup de jeans dans mon armoire, et pas que ceux de ma marque. Il faut dire que certains sont là depuis de très nombreuses années, et d’autres sont issus de tous mes développements. Tout comme mes proches, si nous voulons qu’ils plaisent aux gens alors nous devons les porter et les améliorer.

prendre le bateau et retourner au pays. Ce pays, celui de mes ancêtres, me faisait vibrer

  • Une couture au dos des jambes, c’est bien sexy, cela est-il forcément mixé à votre ADN sportive ?

En effet, quand on est sportif et que nous avons des cuisses ou des gros mollets, il est difficile de trouver un jean où on se sent à l’aise. Notre coupe, son montage et son absence de coutures offre un confort unique. Elle met en valeur les silhouettes. Sexy, proche ou pas du corps, notre Jean garde cette âme sportive, active et chic en même temps. Essayez-le, il vous adoptera…

  • Vous et le football c’est plus fort que la passion du Denim ?

C’est lié, le football, le Demin. C’est de la passion et énormément de travail. Travail d’équipe, de l’entrainement, des échanges et des passes entres les membres de l’équipe, de la répétition, de la sueur…pour atteindre un très haut niveau et gagner son match. J’applique cette même philosophie basée sur les valeurs et la passion qui nous habitent.

  • Mais un brevet mondial de jeans c’est tout aussi le graal ?

L’idée d’opérer mon innovation mondiale au Maroc, mon pays d’origine est pour moi le Graal ! Innovation Marocaine et une suite logique. J’ai toujours nourri l’envie de développer un projet au Maroc et je pense que c’est le bon moment. Le textile fait partie des secteurs clefs du plan de développement du Maroc. Apporter ce savoir-faire, une expérience internationale et y ajouter la touche marocaine c’est la recette parfaite.
Les Lions de l’Atlas nous ont démontré que notre diaspora regorgeait de pépites prêtes à servir leur pays de la plus belle des manières, avec qualité. « Compétences » comme dit si bien dit Walid Regragui… C’est en ce sens que je souhaite contribuer au développement du secteur. Apporter de la nouveauté et être plus compétitif à l’échelle mondiale.

  • Qu’il soit propre cela répond-il aussi à vos valeurs de respect de la planète ? Que pensez-vous faire d’autre au quotidien dans ce sens ? Et en famille ?

Absolument, nous respectons depuis toujours la planète. Comment l’homme peut-il se penser plus fort que la nature ? ce fut d‘ailleurs mon sujet de philosophie lors du bac. Donc cela ne date pas d’hier. Nous faisons de notre mieux dans chaque geste, chaque jour, en consommant, en étant éco responsable.

  • Portez-vous cette marque à deux avec votre femme ?

Ma femme est mon inspiration, elle me porte avant tout. Elle fait de moi l’homme que je suis, me remettant en question chaque jour. Apprenant des autres chaque jour, tendant la main à celui qui est sur ma gauche et donnant l’autre à celui sur ma droite. Il y’a une réelle complémentarité entre sa vision et son expérience internationale et la mienne. Elle-même s’investit pour son pays en tant que binationale mettant en lumière avec fierté les talents du pays.

  • Cette consécration historique des Lions vous touche-elle au point de vous replonger dans vos sources ?

Cette consécration a mis en lumière la fierté de tous les Marocains du monde. C’est notre vie, notre histoire qui est en lumière. Au fond de moi, c’est comme si j’ai toujours vécu ayant gagné la coupe du monde, marchant fièrement la tête haute. Je repense sans cesse à nos départs pour notre pays pour les vacances d’été. Quelle expédition ! Nous partions de Savenès pour rejoindre Dar Bouazza et Marina Blanca, près de Casablanca au Maroc, la voiture chargée à bloc pour prendre le bateau et retourner au pays. Ce pays, celui de mes ancêtres, me faisait vibrer. Il se passait quelque chose en moi quand nous rejoignons mes tantes pour les vacances d’été. La couleur pure du ciel, le mélange des odeurs sucrées-salées, les étals du souk. Et surtout le sourire des couturières sur leur machines à broder… Tout est parti de là. Les rassemblements autours des tablées chez nos cousins, les journées à la plage, les rires et pleurs sur les visages…Ce sont ces mêmes sources qui m’ont permis de me lancer dans la mode. Des sourires et une certitude : moi aussi je serai un grand couturier ! Il s’en est passé du temps, j’ai perdu des êtres chers au Maroc, et mes parents. J’ai connu des bas et des hauts mais finalement j’y suis arrivé. Dans toutes les situations, j’ai été heureux d’être debout, de pouvoir marcher, sourire. Résiliant et patient j’ai accepté chaque épreuve.

  • Alors quel serait votre vœu made in Maroc pour le nouvel an ?

M’établir au Maroc, lancer notre nouvelle Marque de jeans sur le thème (Haute Couture-Prêt à Porter). Marque que nous dévoilerons avec mon partenaire Nogues Michael, dès janvier 2023. Enfin, comme chaque enfant, cette étincelle au fond de moi qui m’anime, me pousse à croire au fait que je puisse exaucer un de mes vœux les plus chers. Offrir mon jean seconde peau à Notre ROI, sa Majesté Mohammed VI. Ce serait la concrétisation d’une vie de travail, de passion et de fierté d’être Marocain.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N'en perdez pas une miette!

[sdm_show_dl_from_category category_slug="numero" fancy="2"]
[sdm_show_dl_from_category category_slug="numero" fancy="2"]