LE COMÉDIEN MAROCAIN JAMAL ANTAR, SUR LE PLATEAU DE OUADIH DADA

Célébrités

LE COMÉDIEN MAROCAIN JAMAL ANTAR, SUR LE PLATEAU DE OUADIH DADA

« J’ai cru en moi, je crois en Dieu, J’ai écouté mon coeur »

L’acteur marocain à l’affiche de la série « French Connection », était ce samedi sur les ondes de la deuxième chaine nationale. L’occasion pour Ouadih Dada de savoir ce que cachent les rôles de Bad Boy du maroco-toulousain qu’il multiplie sur les plateaux de Los Angeles où il vit depuis une bonne décennie. Voici la réponse de Jamal Antar et en prime quelques confidences de celui qui campe le rôle (principal) de « Arman », un méchant mafieux dans la série, sortie en octobre 2020 sur Amazon Prime.

Chemise fleurie très fashion, regard doux et rieur, verbe prononcé à l’accent du Sud de la France où il est né, Jamal Antar était tout à fait lui-même pour ceux qui le connaissaient déjà, au micro, cette fois-ci virtuel, de Ouadih Dada pour son émission « Info Soir Week End », « Bonsoir à tous les téléspectateurs, je tenais à vous remercier pour l’invitation, c’est un immense plaisir et un honneur d’être parmi vous ce soir, je remercie ma famille, mes parents, mes fans, (et le bisou des mains vers les siens et tout ceux qui le regardent, que l’on devine nombreux derrière les écrans de par le monde, aux USA, le Sud de la France et bien sûr le Maroc)», c’est ainsi que le comédien a entamé son intervention sur le petit écran marocain en duplex de Los Angeles.

Sympathique, authentique, tout simplement marocain à l’accent toulousain et au flow bien américain, Jamal Antar explique à Ouadih Dada comment il a eu le rôle dans la série « French Connection », « Le directeur Simon Roman a flashé sur mon look, mon caractère lors d’un de mes tournages et il me confie avoir du mal à trouver « le Bad Boy », pour le rôle de Arman et il me lance « franchement c’est toi! » ».  À 45 ans et en pleine ascension au coeur d’Hollywood, le petit toulousain qui s’émeut de sa ville « Rose, la ville de Claude Nougaro et de Zebda » comme il la décrit, n’a rien perdu de sa fraicheur de bon vivant du Sud, côté Maroc pour ses origines et côté France pour son enfance et sa jeunesse. Vantant justement l’accent chantant de son invité, Ouadih, en vient à l’étiquette de Jamal dans ses rôles au cinéma, « Vous êtes une personne assez gentille pourquoi l’on vous propose ces rôles de méchants et surtout des rôles de mafieux qui font frémir? » et à Jamal d’évoquer son ancrage dans le Mirail, ce quartier défavorisé de Toulouse et précisément au coeur de « La Faourette », de parler de son look, son attitude et son histoire qui auraient beaucoup joué dans les directives et les choix de son agent. « Le mafieux colle à mon personnage, il est lié à mon enfance, mon adolescence, et une grande partie de ma vie dans un environnement de durs, où il fallait avoir du caractère, une personnalité, pour exister et ne pas se faire manger », nous avait confié l’acteur à la sortie de la série en octobre 2020.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ⚜️LORDS&FOOLS⚜️ (@lordsfools)

En pleine ascension avec ce rôle qui l’a réellement fait décoller, le parcours du comédien a été semé de plein d’embuches. Peu de moyens et avec pour seule arme sa folle passion pour les voyages et pour le cinéma. Jamal est arrivé aux USA vers les années 2000 et s’est taillé une histoire à Los Angeles, « J’ai fait des petits boulots, je me suis retrouvé dans des situations très durs mais je n’ai jamais lâché » a-t-il confié à Ouadih qui a répliqué demandant à Jamal « comment a-t-il pu s’en sortir après des nuits à la rue à enchainer soixante dix heures par semaine de travail », « Le moral et l’ambition (…) J’ai cru en moi, je crois en Dieu, J’ai écouté mon coeur », a répondu l’acteur.

« Je suis entrain de vivre mon rêve »

« Les marocains ne doivent pas trop me connaître mais je vous promets que ça ne saurait tarder… Il y a des projets importants à venir », nous avait révélé Jamal lors de notre interview en plein début de la pandémie. Et aujourd’hui, des tournages? Il en a plein l’agenda dans sa ville. Le comédien entamera un tournage sur Paris pour une série française « encore un rôle de Bad Boy où je serais un big boss de la mafia de Marseille » confie Jamal à Ouadih, l’air amusé, en annonçant avec enthousiasme sa participation à un projet de film du réalisateur marocain Hicham Hajji, qui sera tourné entre le Canada et le Maroc.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N'en perdez pas une miette!

[sdm_show_dl_from_category category_slug="numero" fancy="2"]
[sdm_show_dl_from_category category_slug="numero" fancy="2"]