PIERRE CARDIN UNE ÉTOILE DE LA GALAXIE MODE S’EST ÉTEINTE

Actualités

PIERRE CARDIN UNE ÉTOILE DE LA GALAXIE MODE S’EST ÉTEINTE

L’espace fut son inspiration, la science son atelier et l’infini son podium, l’un des grands créateurs et grands ambassadeurs de la France est décédé à l’hôpital américain de Neuilly. Pierre Cardin avait 98 ans.

«Jour de grande tristesse pour toute notre famille, Pierre Cardin n’est plus. Le grand couturier qu’il fut, a traversé le siècle, laissant à la France et au monde un héritage artistique unique dans la mode mais pas seulement», écrit sa famille dans un communiqué.

Il était le pionnier du prêt à porter, le premier couturier français à mettre un pied en Asie, le seul empire souverain et « nom libre de la mode » depuis les années cinquante et le tout premier à entrer à l’Académie des beaux-arts, « faisant reconnaître la mode comme un art à part entière. En atteste aujourd’hui son épée d’académicien qu’il a lui-même créée et sur laquelle sont gravés les symboles de sa réussite » explique la famille du défunt. On lui connaissait sa folie créative, son audace visionnaire et ses collections futuristes avant l’heure, le fils d’immigrés italiens a traversé le siècle, mettant un pied au Japon dès la fin des années cinquante et organisant des défilés en Chine des la fin des 70’s. Le couturier savait toucher à tout, saupoudrer son grain de génie et apposer son nom devenu vite une marque synonyme de luxe et de branchitude à la française. «Nous sommes tous fiers de son ambition tenace et de l’audace dont il a fait preuve tout au long de sa vie. Homme moderne aux multiples talents et à l’énergie inépuisable, il s’est inscrit très tôt dans les flux de la mondialisation des biens et des échanges», selon le même communiqué. 

Son aventure avec la mode, il la démarre comme premier tailleur chez Dior et comme créateur de costumes pour le théâtre. Ses fameuses robes bulles issues de son premier et second défilés orchestrés dans son grenier feront sa célébrité précoce tout autant que les mythiques combinaisons de cosmonautes, cuissardes en vinyle et tout le vestiaire fou et libre de l’époque qui a sculpté son aura et son histoire singulière dans le petit monde fermé de la haute couture.

Son génie c’est aussi sa fibre d’entrepreneur qu’il doit d’une part à ses investissements dans l’immobilier dès le tout début de son ascension fulgurante et d’autre part à son empire bâti aussi grâce à son nom devenu un label d’art de vivre dont les produits allant d’accessoires de mode, parfums, cigarettes, eaux minérales, meubles, linge de maison, objets de décoration, s’arrachent dans le monde entier.

Jusqu’au bout de sa passionnante différence, le géant français aux trois Dés d’or décernés par la chambre de la haute couture française, Commandeur de la légion d’honneur, ambassadeur honoraire de l’Unesco, académicien, commandeur de l’ordre du mérite de la république italienne, baron de la Soie en Allemagne, citoyen d’honneur de la ville de Xian…, avait organisé son dernier défilé en 2018 sur la Grande Muraille. L’année dernière le Brooklyn Museum a célébré les 70 ans de sa carrière dans une expo retrospective exceptionnelle et en septembre dernier, un documentaire sur canal plus a tracé les soixante quinze ans de carrière du styliste visionnaire.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

N'en perdez pas une miette!

[sdm_show_dl_from_category category_slug="numero" fancy="2"]
[sdm_show_dl_from_category category_slug="numero" fancy="2"]